Paris pieds nus

Paris pieds nus
Réalisateur(s) ,
Catégorie(s)
Langue VF
Qualité HD, BDRIP

Martha, une ancienne danseuse canadienne âgée de quatre-vingts ans, vit à Paris depuis des décennies. Maintenant qu’elle perd la tête, elle est menacée d’être envoyée dans une maison de retraite. Martha décide d’appeler sa nièce, la bibliothécaire canadienne Fiona, pour obtenir de l’aide. Hélas, quand Fiona arrive à la capitale française, sa tante Martha a disparu. Pire encore, Fiona perd ses papiers d’identité et son argent. Maintenant seule à Paris, la jeune femme est désespérée. C’est à ce moment-là que Dom, un sans-abri qui vit sous une tente sur l’île aux Cygnes, entre subitement dans sa vie …, pour le meilleur ou pour le pire.

Regarder Paris pieds nus :

3 Commentaires pour “Paris pieds nus”

  1. Anonyme dit :

    La comédie a de nombreux visages (verbaux, farceurs, impassibles, régressifs, bons, satiriques, absurdes et plus …, certaines formes d’humour se chevauchent dans le même travail) et je les aime tous. Mais je dois reconnaître que j’ai un faible pour un genre très spécial de films « make’em laugh », ceux conçus par Tati, Etaix, Suleiman, Iosseliani… parmi lesquels Abel & Gordon, les co-réalisateurs, co écrivains, coproducteurs et co-stars de « Lost in Paris ».

    Comme le premier mentionné, le clown belge et son partenaire d’origine canadienne (Dominique Abel et Fiona Gordon ont été partenaires depuis les années 1980) ne se contentent pas de fouler les sentiers habituels des « films drôles », ils parviennent au contraire à créer et décalé leur propre univers qu’ils habitent d’une manière très inhabituelle. Que ce soit dans « L’Iceberg », « Rumba », « The Fairy » ou le présent « Lost in Paris », ils forment un couple improbable, chacun – et à sa manière – en décalage avec leur environnement physique et social. Dans son dernier opus, Dominique Abel est Dom, un sans-abri heureux qui a dressé sa tente sur une île artificielle au milieu de la Seine. Un cousin éloigné du clochard éternel de Chaplin, Dom assimile la pauvreté à la liberté: il mange exclusivement la nourriture du restaurant de luxe voisin (oui, ramassé dans ses poubelles, mais quand même!), il fume les meilleures marques de cigarettes (d’accord, juste des mégots ramassés sur le trottoir, mais quand même!), le lot. Et comme c’est le cas pour Charlie, la pauvreté ne fait pas de lui un ange: bien que jamais pourri jusqu’à la moelle, Dom peut être égoïste, irrespectueux ou désagréable. Quant à Fiona Gordon, elle joue une bibliothécaire canadienne sans âge du Grand Nord (où il n’est pas recommandé d’ouvrir les portes à l’extérieur, l’objet de deux gags hilarants). Après avoir atterrie à Paris, les événements qui échappent à son contrôle la font bientôt rester seule dans la grande ville. La vieille fille sans défense sera bien sûr prise en charge par Dom, mais, comme on peut le deviner, d’une manière très singulière.

    Une excellente idée supplémentaire rend « Lost in Paris » encore meilleur que les trois premiers efforts d’Abel & Gordon, à savoir le choix d’Emmanuelle Riva, la célèbre actrice (« Hiroshima mon amour », « Thérèse Desqueyroux », « Amour »), comme tante de Fiona. Connue pour ses rôles graves, intellectuels et dramatiques, Riva était aussi, inaperçue par ceux qui ne la côtoyaient pas dans la vie réelle, une personne très gaie qui détestait se prendre trop au sérieux. Qui pourrait alors jouer la vieille Martha excentrique mieux qu’elle? La réponse est évidente: personne d’autre …, mais quelqu’un devait y penser! A noter également la participation de Pierre Richard, ancien partenaire de flamme et de danse de Riva. Ils ont une scène délicieuse ensemble où, assis sur un banc dans un cimetière,

    Si vous n’avez rien contre l’imagination, la fantaisie et les gags insolites (que je tenais à ne pas décrire pour ne pas gâcher votre plaisir de les découvrir), ce charmant spectacle devrait normalement vous ravir autant que moi. C’est au moins la pire chose que je vous souhaite.

  2. Anonyme dit :

    C’est l’un des films les plus drôles que j’ai vus depuis longtemps. J’ai aimé les scènes et les expressions faciales et les postures des deux personnages principaux. Ils étaient parfaits ensemble. La musique « Swimming Song » de Loudon Wainwright III était ravissante et a si bien accompagné l’action! Presque chaque scène était hystériquement drôle. J’ai vu le film deux fois. La deuxième fois était encore mieux.

  3. Anonyme dit :

    « Lost In Paris » (sorti en France / Belgique en 83 minutes, titre original « Paris pieds nus ») raconte l’histoire de Fiona et de Dom, tandis que Fiona reçoit une lettre de sa tante Martha, âgée de 88 ans. Vivant à Paris depuis des décennies, Fiona n’hésite pas, fait ses adieux à son village canadien dans les montagnes enneigées et s’en va, quand elle arrive à Paris, sa tante Martha n’est pas à la maison, obligeant Fiona à rentrer dans une histoire parallèle, nous faisons la connaissance de Dom, un sans-abri qui vit dans une petite tente sur les bords de la Seine …

    Tout d’abord, ce film est un travail d’amour de Fiona Gordon et Dominique Abel, qui co-dirigent, coproduisent, co-écrivent et partagent la même étoile dans ce film. Ici, ils apportent une série de scènes amusantes, utilisant un humour physique et visuel qui rappelle un autre âge (Jacques Tati, bien sûr, et bien d’autres), et qui n’est plus disponible à cette époque. L’utilisation de la Statue de la Liberté de Paris et de la Tour Eiffel se fait de manière rafraîchissante. Le film se clipse à un tempo étonnamment rapide. Mais à la fin, tout dépend de l’interaction entre Fiona et Dom.

    Si vous avez envie d’une comédie physique et visuelle comme celle que nous voyons rarement, je vous conseille vivement de voir ce film.